Mise en page d’un recueil de poèmes

J’ai commencé par écrire des poèmes au collège et au lycée. J’aimerai te partager ses écrits dans un recueil de poésies. C’est l’occasion pour moi de te montrer mon travail sur la mise en page et la sélection des poèmes. Car avoir un tas de feuilles avec des poèmes c’est un bon début, mais il y a un bon nombre d’étapes avant qu’un lecteur puisse avoir un beau livre entre les mains ! Je souhaitais revenir sur les étapes de sa publication avec toi, pour te faire découvrir les coulisses… Et pourquoi pas te donner envie de publier toi aussi ?

Un recueil pour recueillir

D’abord, il faut les lire. Cela peut paraître bête mais même pour l’auteur, il faudra savoir lire, se plonger dans le poème pour savoir de quoi il parle. Et faire une première sélection des œuvres selon qu’elles soient achevées, potables, lisibles, et censées. Dans le cas de mes poèmes, il y a un ordre chronologique à établir, mais également des muses souvent bien définies. Comme certains peuvent avoir des thèmes, par exemple. J’ai donc regroupé tout cela dans un premier temps, à la suite (c’est-à-dire dans un premier ordre éphémère).

Bilan avant mise en page

Et là, tu dois te dire : pourquoi tout regrouper grossièrement pour finalement retrier ensuite ? Et bien pour faire un premier bilan du nombre de pages. Car si tu travailles sur le thème, la chronologie, la mise en page de tes poèmes pour finalement te rendre compte qu’il n’y en a pas assez pour faire un recueil, tu seras déçu. Autant ne pas perdre de temps inutilement et pouvoir évaluer la future charge de travail.

En illustration, voici un premier poème Biographie de la vie.

Trier et regrouper

Le but de la forme finale est de rendre ce tas de feuillets lisible. Or une suite de poèmes sans fil conducteur est un peu indigeste pour le lecteur. Il faudra donc penser à une méthode de classement pour permettre au lecteur de s’y retrouver. Dans le cas des poèmes de Le poète pendu à sa Muse, le système a été simple pour commencer : un tri par muse et par date. Le tout étant de bien lire chaque poème pour se représenter le thème et la chronologie, pas toujours explicite. J’ai vraiment eu besoin de ma mémoire ! Dans ma logique, j’ai souvent écrit un mot et parfois même la date pour m’y retrouver et dédicacer le poème à une muse.

Après le tri, les transitions

On ne peut pas mettre à la suite un poème très noir, très sombre puis un joyeux, un mélancolique puis un optimiste. En tout cas, c’est comme cela que je l’ai ressenti pour ce recueil. Il faut essayer d’harmoniser au possible. Le but étant toujours de rendre la lecture finale agréable. Après il s’agit de choix éditoriaux : d’abord le plus sombre, alterner, choisir d’abord telle muse… Le bon sens n’est pas forcément la meilleure solution, et c’est à cela qu’il faut réfléchir. Tu peux écrire sur des bouts de papier les titres et tenter un premier classement mais il faudra inévitablement lire, relire, survoler le recueil jusqu’à une suite homogène.

Mise en page

La grande différence entre la publication d’un roman et d’un recueil de poèmes : c’est la mise en page. Pour que tel texte soit aligné au milieu, centré, ou tout à fait à droite. Il faut faire des sauts de page, bien vérifier à chaque modification, faire un beau sommaire…

Sommaire

Et le sommaire c’est important. Combien de fois me suis-je perdue dans Les Fleurs du Mal de Baudelaire ? Pour retrouver un poème, pour relire au plus vite l’un de mes préférés… Le sommaire a d’ailleurs permis de voir un doublon dans mon recueil de poèmes, et de parfois me demander si tel ou tel autre ne devait pas être dans cet autre chapitre. Le sommaire est à faire au début pour se donner une idée du travail à accomplir. Mais surtout à la fin, pour vérifier une dernière fois.

Les chapitres

C’est un fait à prendre en considération. S’il n’y a pas de chapitrage, il faut absolument un sommaire à mon sens. J’ai préféré séparer par période et par muses le recueil Le poète pendu à sa Muse. Cela avait plus de sens. Encore une fois, la mise en page est spécifique aux poèmes et au poète : il me paraissait évident de mettre le titre du chapitre sur une page seule et non juste au-dessus du premier poème de la liste… Un poème doit être joli au son, au visuel, autant le mettre en pleine page.

La couverture

Nous avons opté pour une couverture sobre. La poésie en règle générale ne se farde pas d’une couverture tapageuse. Après ce peut-être un choix, bien sûr. Pour moi, un fond rouge, rappelant le premier roman Les Gens c’est pire que des personnes, (mon premier roman) correspondait à mon idéal. Cela permet de créer une unité entre les livres que j’écris. On peut mettre mes livres côte à côte, ils ont la même couleur sur la tranche / couverture. Une ligne éditoriale, une unité dans les publications, cela permet de mettre en place une reconnaissance visuelle de l’auteur.

Et c’est plus joli !

Une note pour la fin

J’ai, comme pour le roman Les Gens c’est pire que des personnes, rajouté quelques pages. 3 sections exactement. D’abord, pour contacter l’auteur. Ensuite pour présenter les livres du même auteur (en l’occurrence deux… Mon nom de plume est Tristana Erato, mais mon dernier livre Comment écrire son autobiographie est publié sous mon nom propre). Enfin, une dernière section pour expliquer le site ToutVaBienMarine et sa vocation. On peut également imaginer un poème épilogue, des remerciements ou une note pour le lecteur.

Les étapes de la publication

Je publie, pour l’instant, uniquement sur Amazon, par le biais de KDP. Le process est simple, il s’agit juste de remplir les cases… Mais pas n’importe comment !

Choix du titre

J’ai écrit ses poèmes il y a dix ans, voire plus. J’avait déjà noté “Le poète pendu à sa Muse” sur mon dossier et c’est d’ailleurs le titre de l’un des poèmes. Le choix du titre m’a paru évident. C’est un recueil de poésie à destination de plusieurs femmes, il semblait inutile de retravailler le titre.

Choix du prix

Il y a deux prix : le prix papier et le prix pour le format numérique.

Le prix inclus trois parties : l’impression, la distribution et les droits d’auteur. La partie impression est supprimée si le livre est numérique.

Pour le prix du livre papier, j’ai préféré être en dessous de 7€, le roman Les Gens c’est pire que des personnes étant en dessous de 12€. Cela en prenant en compte les trois parties : l’impression n’est pas un coût que l’on peut diminuer.

De même, j’ai lu plusieurs articles sur le prix du numérique, et réalisé une étude de marché il y a quelques années. Sur un échantillon de 100 personnes, le prix du livre papier validé par le lecteur est de 12€ en moyenne. Pour le format numérique, on est autour des 5€ maximum.

En réalité, un lecteur s’attend à avoir un livre moitié moins cher car il n’a pas de support physique. Le prix a donc aussi été fixé à 2,99€ comme pour le roman.

La distribution

Comme pour le roman Les Gens c’est pire que des personnes, j’ai opté pour une distribution exclusive par Amazon au format papier et numérique. Pour la simple raison que cela permet de mettre le livre dans la bibliothèque KINDLE. Qu’est-ce que cela veut dire ? Tout simplement, comme un abonnement à notre bonne vieille bibliothèque de quartier, il est possible, par amazon d’emprunter des livres de façon illimité via un abonnement.

Soit par l‘abonnement prime (avec films, musique, livres numériques mais plus restreint…) à 49€ par an, soit avec l’abonnement kindle, a environ 10€ par mois et une grande sélection de livres.

C’est pour l’instant un choix : c’est facile, c’est accessible gratuitement par abonnement ou achat. Amazon est, de ce que j’entends, l’un des sites où l’on achète le plus… A voir si je me positionnerai plus tard sur la Kobo de la Fnac et autres. (N’hésite pas à me dire si cela t’intéresse)

Les premiers exemplaires

J’ai essayé de te faire vivre l’attente du colis et l’ouverture du colis sur instagram et facebook. C’est toujours magique d’ouvrir un paquet et de découvrir l’objet sur lequel on travaille depuis quelques temps. Ce n’étaient que des feuilles volantes, gribouillées il y a des années… Ce sont devenus un livre entier, beau, neuf, dur, palpable. Un instant d’enchantement !

Voilà, je pense avoir tout expliqué de ma démarche. As-tu des questions, des interrogations, des conseils à soumettre ? J’attends tes retours, même si c’est juste un petit “j’aime” ou un petit pouce sur notre facebook.

Et si le recueil de poèmes t’intéresse, clique ici.

Je t’invite à lire un autre article sur l’écriture de la poésie et visiter la page sur l’écriture de la poésie pour guérir.

You may also like...

4 Responses

  1. Kar says:

    Bonjour Marine
    J’aurai souhaité avoir quelques conseils, rien de bien méchant sans doute, sur la mise en page du recueil que je tente d’écrire (plusieurs poemes par page ? Quelle police d’écriture ? taille etc .
    Sauriez-vous m’orienter sur 2-3 choses ?
    Merci

    • Marine says:

      Bonjour,
      Pour mon recueil, j’ai fait le choix de ne mettre qu’un poème par page.
      Pour la police d’écriture, c’est selon votre choix, le style que vous souhaitez utiliser… Cependant, j’attire votre attention sur un bémol que j’ai pû rencontrer : j’avais des polices qui n’étaient pas pris en compte par le format de fichier demandé pour l’édition… Je recommanderai donc l’utilisation d’une police assez “universelle”.
      J’espère avoir répondu à vos questions, n’hésitez pas à revenir vers moi.

  2. P.Louis says:

    Bonjour, j’ai une petite question, est-ce une faute d’orthographe au tout début ?
    ” J’aimerai te partager ses écrits dans un recueil de poésies.”
    Pour moi, c’est un “ces” et non “ses”.
    Est-ce que c’est bien une faute ou alors il peut s’écrire des deux manières dans ce genre de contexte ? ( ce n’est pas une reproche je préfère être sûr comme ça je le saurais 🙂

    • Bonjour !

      Ah oui tout à fait ! Je corrige cela de suite, merci.
      Déjà, je fais quelques fautes, plus les erreurs d’inattentions par ce que je ne sais pas me relire sérieusement…
      Par contre, mon article sur l’orthographe devrait t’intéresser L’orthographe, une matrice ?
      Le TedX que je propose à la fin m’a fait entièrement changer d’avis sur l’orthographe.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: